Écriture d’une danse macabre

Anne Collod s’appuie sur le travail de déchiffrage et de réinterprétation de la Danse Macabre (1935) du chorégraphe allemand Sigurd Leeder, qui est au coeur de sa prochaine pièce Le parlement des invisibles pour introduire le système de notation du mouvement de Rudolf Laban et apporter un éclairage sur le travail d’écriture chorégraphique de la danse allemande des années 30. Elle nous ouvre également le laboratoire de création du Parlement des invisibles (12 février) en partageant des images filmées et des matériaux sonores.

Anne Collod est danseuse contemporaine et chorégraphe. En parallèle d’un parcours d’interprète, sa rencontre avec la cinétographie Laban (système d’écriture du mouvement, dont elle est diplômée en 1993) la conduit à s’intéresser à la recréation d’oeuvres chorégraphiques du XXe siècle et à co-fonder le Quatuor Albrecht Knust (1993-2001). Elle poursuit depuis ce travail de réinterprétation en se focalisant tout particulièrement sur les utopies du collectif. Elle reçoit en 2009 un Bessie Award pour sa réinterprétation de l’oeuvre majeure d’Anna Halprin, Parades & Changes (1965).

ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93