Maelström
Théâtre MARDI 21 JANVIER 20H30 / Théâtre Saragosse
1H00 / TARIF C

Troisième volet d’une trilogie dédiée aux adolescents et à leur être-au-monde après À la renverse de Karin Serres (2014) et Dan Da Dan Dog de Rasmus Lindberg (2018), Maelström met en scène le monologue de Véra, une jeune fille de 14 ans atteinte de surdité et animée d’une sublime rage de vivre. De ses nombreuses rencontres avec des adolescents, la metteure en scène du Théâtre du Rivage Pascale Daniel-Lacombe retient le bouillonnement des espoirs douloureux, les combats difficiles et parfois découragés de ceux qu’elle appelle ces « jeunes guerriers du quotidien ». Pièce écrite à partir de l’adolescence, Maelström est confiée à la plume de Fabrice Melquiot, auteur dramatique et poète doué d’une écoute exceptionnelle du monde sensible. Retranchée dans son abribus, son refuge, Véra regarde le monde se passer sans elle, avec une révolte et un désespoir dont le texte fragmenté de Fabrice Melquiot restitue le tourbillon émotionnel. Transparente aux yeux des autres, Véra s’interroge sur le sens de l’existence, coupée de la rumeur du monde ou immergée dans ses bruits par le biais d’un processeur sonore. La comédienne Marion Lambert s’empare des mots de l’adolescente avec une intensité qui remonte des profondeurs de sa propre intimité. Grâce à un dispositif particulier qui munit chaque spectateur d’un casque audio, Maelström nous soumet au déferlement d’une poésie cinglante pour dire l’adolescence et sa fougue, son humour et sa cruauté.

Texte Fabrice Melquiot (Éditions L’Arche - juillet 2018) / Mise en scène Pascale Daniel-Lacombe / Assistanat de création Nicolas Schmitt / Distribution en alternance Marion Lambert - Liza Blanchard / Création sonore Clément Marie-Mathieu / Création lumières Yvan Labasse / Scénographie Philippe Casaban et Eric Charbeau / Technique plateau et construction décor Nicolas Brun, Etienne Kimes / Régie Générale Kévin Grin / Administration, production et diffusion Antonin Vulin / CRÉDITS PHOTOS XAVIER CANTAT

+ PRODUCTIONS

Production Théâtre du Rivage / Coproduction Théâtre de Gascogne Mont de Marsan, La Garance – Scène Nationale de Cavaillon, Le Moulin du Roc – Scène Nationale de Niort, Le Tangram – Scène Nationale d’Evreux-Louviers, l’Office Artistique de la Région Nouvelle Aquitaine, le Parvis d’Avignon, la Maison du Théâtre de Brest, le Champ de Foire de Saint André de Cubzac, l’Espace André Malraux de Chevilly Larue / Avec le soutien de Scènes de Territoire AGGLO2B Bressuire, Agora Billère, Théâtre Am Stram Gram Genève, Département des Landes / La Cie est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication, le Département des Pyrénées Atlantiques, et soutenue par la Région Nouvelle Aquitaine et la Ville de Saint Jean de Luz / Artiste-Compagnon à La Garance – Scène Nationale de Cavaillon / En compagnonnage de création avec le Moulin de Roc – Scène Nationale de Niort / Artistes Associés au Théâtre de Gascogne Scènes de Mont de Marsan.

Troisième volet d’une trilogie dédiée aux adolescents et à leur être-au-monde après À la renverse de Karin Serres (2014) et Dan Da Dan Dog de Rasmus Lindberg (2018), Maelström met en scène le monologue de Véra, une jeune fille de 14 ans atteinte de surdité et animée d’une sublime rage de vivre. De ses nombreuses rencontres avec des adolescents, la metteure en scène du Théâtre du Rivage Pascale Daniel-Lacombe retient le bouillonnement des espoirs douloureux, les combats difficiles et parfois découragés de ceux qu’elle appelle ces « jeunes guerriers du quotidien ». Pièce écrite à partir de l’adolescence, Maelström est confiée à la plume de Fabrice Melquiot, auteur dramatique et poète doué d’une écoute exceptionnelle du monde sensible. Retranchée dans son abribus, son refuge, Véra regarde le monde se passer sans elle, avec une révolte et un désespoir dont le texte fragmenté de Fabrice Melquiot restitue le tourbillon émotionnel. Transparente aux yeux des autres, Véra s’interroge sur le sens de l’existence, coupée de la rumeur du monde ou immergée dans ses bruits par le biais d’un processeur sonore. La comédienne Marion Lambert s’empare des mots de l’adolescente avec une intensité qui remonte des profondeurs de sa propre intimité. Grâce à un dispositif particulier qui munit chaque spectateur d’un casque audio, Maelström nous soumet au déferlement d’une poésie cinglante pour dire l’adolescence et sa fougue, son humour et sa cruauté.

DISTRIBUTION

Texte Fabrice Melquiot (Éditions L’Arche - juillet 2018) / Mise en scène Pascale Daniel-Lacombe / Assistanat de création Nicolas Schmitt / Distribution en alternance Marion Lambert - Liza Blanchard / Création sonore Clément Marie-Mathieu / Création lumières Yvan Labasse / Scénographie Philippe Casaban et Eric Charbeau / Technique plateau et construction décor Nicolas Brun, Etienne Kimes / Régie Générale Kévin Grin / Administration, production et diffusion Antonin Vulin / CRÉDITS PHOTOS XAVIER CANTAT

PARTAGER     
ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93