La danseuse et chorégraphe Sophie Lamarche Damoure rencontre le public autour de son travail artistique et présente un solo écrit à partir de l’oeuvre de Léo Ferré. A l’origine de la pièce, une commande passée à la chorégraphe avec la consigne de construire un spectacle ayant pour point de départ une chanson. Le choix de Sophie Lamarche Damoure s’est porté tout naturellement sur Léo Ferré. Après avoir écouté, attentivement, son oeuvre, après s’être laissée absorber par les mots et les maux, après s’être donnée la consigne de se relever, elle a composé une pièce simple et émouvante qui s’articule autour de la notion de combat.
Sur le plateau, une femme dont on ignore le passé, assise sur un fauteuil rouge, engage une lutte avec la pesanteur, avec son propre poids, et tente d’atteindre une verticalité qui se dérobe sans cesse. La volonté de tenir debout engage tout entier le corps de la danseuse dans cette pièce sur l’impossibilité et la lutte.

La compagnie ITRA est crée en 1993 par un collectif de danseurs, dans le sud de la France, la direction artistique d’ITRA est reprise par Sophie Lamarche Damoure en collaboration avec Claudie Douet de 1999 à 2001 lors de son accueil de deux ans, à la Fonderie / Cie théâtrale Le Radeau au Mans. Fin 2002, Sophie Lamarche Damoure implante la compagnie ITRA en Basse-Normandie pour du long terme.

" Qu’est-ce qui motive le corps à se mouvoir, quelle forme choisir pour offrir un espace temps au public pour s’évader, se laisser porter dans une histoire...Dans l’acte de création, l’on se confronte tout d’abord à sa propre nécessité, celle au fond qui nous pousse à nous confronter au plateau, à dévoiler une page intime de soi [...]. Comment saisir physiquement le public, le toucher en allant à l’essentiel en s’appuyant sur des choix de recherche simples et trouver une justesse de mouvement, du sens ?
Sensible aux arts plastiques, ce travail est à la fois abstrait et figuratif. La contrainte est la première base de travail. Contrainte, physique, temporelle, rythmique, d’espace imposé par exemple par son rétrécissement, ou de rencontres humaines, de matières, fauteuil, banc, costume. Découvrir l’état de corps, les qualités de mouvement et l’identité du ou des futurs personnages mis en scène amène le sens, l’intention et le parti pris de la pièce. Le danseur joue entre faire et laisser faire, abandon - relâchement, détachement - tension, passage à l’acte - affirmation.
Une recherche sur le mouvement poussé dans des extrêmes. Partir de mouvements opposés pour nuancer par la suite. La station verticale, l’assise, la marche, la pesanteur, l’attraction, la répulsion, la tension, la légèreté, la puissance, la fragilité, la recherche de mouvement minimal, rétréci ou bien projeté sont le point de départ de chaque spectacle qui parle de l’être vivant, homme ou animal."
Cie ITRA

- Théâtre Saragosse - Entrée libre

ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93