Campana
Cirque VENDREDI 08 - SAMEDI 09 - MARDI 12 - MERCREDI 13 JUIN 19h30 / LIEU à DÉTERMINER
1h15 / TARIF B

À PARTIR DE 10 ANS

La scène Espaces Pluriels vous propose de retrouver la voltigeuse Titoune et le clown Bonaventure Gacon (Par le Boudu), formidables interprètes qui nous ont fait vibrer dans Matamore, pour une nouvelle création du cirque Trottola : Campana. Ils sont accompagnés pour l’heure par deux musiciens des plus inventifs... et une cloche monumentale qui oscille au centre de la piste. Depuis plus de quinze ans, le Cirque Trottola et ses artistes inventent une esthétique singulière faite de virtuosité, où l’art circassien est prétexte à raconter l’âme humaine. En tordant la réalité, ils créent un monde drôle et acrobatique ouvert au présent, ici et maintenant. « Quand le cercle est là, les êtres avec œil et cœur sont là, coude à coude, regardent le geste, écoutent le silence, le claquement du bruit, le verbe, la musique, alors... Alors on tente, nous tous, en rond, avec l’acrobate, le clown, le salto, l’apesanteur, le danger, de tordre la réalité, de la repousser, de la braver pour qu’apparaisse, juste un instant, l’étincelle dans l’œil qui soudain devine l’incommensurable. Voilà le cirque. Alors, avec une tente, quelques cordes sur un violon, un tambour, une musique au galop, avec nos mains, nos regards, nos os, du très haut aux bas-fonds, du trapèze à la main rattrapée, de l’étonnante pirouette aux maladroites prouesses, avec soulier verni ou pas, avec bousculades et glissades ridicules, avec instants suspendus, accolades, disparitions, rôle à jouer et à déjouer, avec une sacrée énergie, et une envie de rire, de surprendre, avec tout cela nous allons tenter de faire du cirque. » Titoune et Bonaventure Gacon

Créé et interprété par Titoune, Bonaventure Gacon, Thomas Barrière et Bastien Pelenc Créations sonores Thomas Barrière et Bastien Pelenc / Création lumière en cours / Régie générale et lumière Samuel Bodin / Costumes Anne Jonathan / Construction CEN.Construction / Production / Diffusion Marc Délhiat / Crédit photos Titoune

+ PRODUCTIONS

Production La Toupie / Production / Diffusion Marc Délhiat / Coproduction Le Prato – Pôle National des Arts du Cirque à Lille, Furies – Pôle National Cirque et Arts de la Rue à Châlon-en- Champagne, Les 2 Scènes – Scène Nationale de Besançon, Cirque- Théâtre d’Elbeuf – Pôle National des Arts du Cirque de Normandie, Cirque Jules Verne – Pôle National Cirque et Arts de la Rue d’Amiens, L’Agora – Pôle National des Arts du Cirque de Boulazac Nouvelle Aquitaine / Soutiens Théâtre Firmin Gémier/La Piscine – Pôle National des Arts du Cirque à Antony et Châtenay-Malabry, La Cascade - Pôle National Cirque Bourg-St-Andéol / Subventions Ministère de la Culture – aide à la création, DGCA, DRAC Auvergne- Rhône-Alpes – aide au projet, Région Auvergne-Rhône-Alpes – aide aux projets.

La scène Espaces Pluriels vous propose de retrouver la voltigeuse Titoune et le clown Bonaventure Gacon (Par le Boudu), formidables interprètes qui nous ont fait vibrer dans Matamore, pour une nouvelle création du cirque Trottola : Campana. Ils sont accompagnés pour l’heure par deux musiciens des plus inventifs... et une cloche monumentale qui oscille au centre de la piste. Depuis plus de quinze ans, le Cirque Trottola et ses artistes inventent une esthétique singulière faite de virtuosité, où l’art circassien est prétexte à raconter l’âme humaine. En tordant la réalité, ils créent un monde drôle et acrobatique ouvert au présent, ici et maintenant. « Quand le cercle est là, les êtres avec œil et cœur sont là, coude à coude, regardent le geste, écoutent le silence, le claquement du bruit, le verbe, la musique, alors... Alors on tente, nous tous, en rond, avec l’acrobate, le clown, le salto, l’apesanteur, le danger, de tordre la réalité, de la repousser, de la braver pour qu’apparaisse, juste un instant, l’étincelle dans l’œil qui soudain devine l’incommensurable. Voilà le cirque. Alors, avec une tente, quelques cordes sur un violon, un tambour, une musique au galop, avec nos mains, nos regards, nos os, du très haut aux bas-fonds, du trapèze à la main rattrapée, de l’étonnante pirouette aux maladroites prouesses, avec soulier verni ou pas, avec bousculades et glissades ridicules, avec instants suspendus, accolades, disparitions, rôle à jouer et à déjouer, avec une sacrée énergie, et une envie de rire, de surprendre, avec tout cela nous allons tenter de faire du cirque. » Titoune et Bonaventure Gacon

DISTRIBUTION

Créé et interprété par Titoune, Bonaventure Gacon, Thomas Barrière et Bastien Pelenc Créations sonores Thomas Barrière et Bastien Pelenc / Création lumière en cours / Régie générale et lumière Samuel Bodin / Costumes Anne Jonathan / Construction CEN.Construction / Production / Diffusion Marc Délhiat / Crédit photos Titoune

+ PLUS D'INFOS
BIOGRAPHIE

Le Cirque Trottola
Depuis plus de quinze ans, le Cirque Trottola et ses artistes inventent une esthétique singulière faite de virtuosité, où l’art circassien est prétexte à raconter l’âme humaine. En tordant la réalité, ils créent un monde drôle et acrobatique ouvert au présent, ici et maintenant. Le Cirque Trottola travaille et joue sous chapiteau, dans le cercle en redessinant ses contours pour chacun de ses spectacles. Le Cirque Trottola inscrit, tant que faire se peut, la tournée de ses spectacles dans la durée, avec le souci permanent d’aller au-devant des publics, permis par l’itinérance et le chapiteau.
En 2002, Le Cirque Trottola, et son spectacle éponyme Trottola (toupie en italien), sont créés, à Nexon et à Aurillac, avec l’ancien chapiteau du cirque Convoi exceptionnel. L’histoire s’est écrite avec Laurent Cabrol, Titoune et Bonaventure Gacon ; trois sur une toute petite piste avec un musicien à l’orchestre, au-dessus de la gardine (il y eut cinq musiciens, dont Branlotin au violoncelle et aux petites machines musicales de Pierre Bastien). En 2007, création du deuxième spectacle du Cirque Trottola : Volchok (toupie en russe), sous un chapiteau neuf, avec deux gradins face à face, où la piste devient couloir. Ils sont rejoints par Mads Rosenbeck, jongleur danois. De nouvelles disciplines de cirque sont proposées et revisitées : voltige aérienne, équilibres échelle sur balai. Ils font appel l’univers musical de Thomas Barrière et Bastien Pelenc. En 2012, création du troisième spectacle : Matamore. Le Cirque Trottola s’associe au Petit Théâtre Baraque pour créer et jouer Matamore dans une arène creusée au centre du chapiteau. Durant plusieurs années, Nigloo et Branlotin, dans l’espace du « tonneau » de leur Petit Théâtre Baraque, ont fabriqué au fond de la fosse aux apparitions, une mixture qui leur ressemble, pratiquant un théâtre expressionniste singulier. De leur côté, jouant de leur technique de cirque, Titoune, Bonaventure et Mads cisèlent l’univers insolite du Cirque Trottola à la couleur ferraillée, bien reconnaissable. Les deux équipes — proches dans leur rapport intuitif au spectacle, fidèles au chapiteau, au cirque et à ses exploits, au burlesque, à l’art du clown — ont créé Matamore, un monde déroutant, féroce et cruel, tendre et envoûtant. Le public assis en rond, sous le chapiteau rouge, autour d’une piste creusée comme une fosse. C’est là, en partie, que se déroulent les simulacres, les conciliabules et tours de force… Fosse à fantasmes, d’où surgissent des vignettes d’Epinal, musiques et sons ciselés par Thomas Barrière, Bastien Pelenc et Alain Mahé, bestiaire énigmatique et grands frissons comme dans un cirque mais autrement…

Bonaventure Gacon
Circassien, comédien, metteur en scène
En 1991, il intègre le cirque Les Saltimbanques en tant qu’apprenti. Puis, ce sera l’École du Cirque de Rosny-sous-Bois, suivi du Centre National des Arts du Cirque de Chalon-en-Champagne. Il en sort diplômé en 1997 avec le spectacle C’est pour toi que je fais ça, mis en scène par Guy Alloucherie. Il crée le « Cirque Désaccordé », puis remplace l’Ange Acrobate au Cirque Plume et danse avec la Cie Pierre Doussaint. En 1999, il rencontre Titoune au Cirque Klotz, ensemble, ils créent leur premier numéro de main à main au cirque Convoi Exceptionnel. En 2001, il crée Par le Boudu, monologue clownesque pour lequel il obtient en 2011 le prix SACD pour les arts du cirque, joué plus de 800 fois et toujours en tournée en 2017. En 2002, il crée avec Titoune et Laurent Cabrol, le Cirque Trottola et son premier spectacle éponyme Trottola, qui tournera plus de quatre ans en France et à l’étranger. En 2005, il participe à Toogen avec Le P’tit Cirk tout en tournant le spectacle Trottola jusqu’en 2006. Depuis 2005, il est artiste associé à la Cie l’Entreprise – François Cervantes, au sein de laquelle il tourne le spectacle Les Clowns avec Catherine Germain et Dominique Chevalier. En 2007, il crée avec Titoune et Mads Rosenbeck, le deuxième spectacle du Cirque Trottola, Volchok également joué près de trois cents fois en quatre ans. En 2012, il crée avec Titoune, Mads Rosenbeck, Nigloo et Branlo du Petit Théâtre Baraque, le troisième spectacle du Cirque Trottola, Matamore qui aura été joué près de trois cent fois fin 2016, en France et à l’étranger. En 2016, il tourne pour le cinéma et tient le rôle principal du long-métrage Cornélius, le Meunier Hurlant de Yann Le Quellec, adapté de l’oeuvre majeure du grand écrivant finlandais Arto Passilinna, sortie 2017.

Titoune Krall
Circassienne, comédienne, metteur en scène
A reçu l’enseignement du trapèze avec André Simar, à l’Ecole du Cirque de Montréal. Elle remporte une médaille d’argent au Festival Mondial du Cirque au Cirque d’Hiver ; puis monte le Cirque Pocheros où elle rencontre Mads Rosenbeck, Adell Nodé-Langlois et Sky de Sela. Elle crée le Cirque Klotz et travaille au Cirque Plume ainsi qu’au cirque Convoi Exceptionnel. En 2002, elle crée avec Bonaventure Gacon et Laurent Cabrol, le Cirque Trottola et son premier spectacle éponyme Trottola, qui tournera plus de quatre ans en France et à l’étranger. En 2005, elle participe à Toogen avec Le P’tit Cirk tout en tournant le spectacle Trottola jusqu’en 2006. En 2007, elle crée avec Bonaventure Gacon et Mads Rosenbeck, le deuxième spectacle du Cirque Trottola, Volchok, également joué plus de trois cents fois en quatre ans. En 2012, elle crée avec Bonaventure Gacon, Mads Rosenbeck, Nigloo et Branlo du Petit Théâtre Baraque, le troisième spectacle du Cirque Trottola, Matamore qui aura été joué prés de trois cent fois fin 2016, en France et à l’étranger. Elle est conseillère artistique Cirqu’le - Ecole du Cirque de Genève. Parallèlement, elle se passionne pour le graphisme et les techniques du collage qui font l’objet d’expositions et de commandes diverses. Elle est régulièrement sollicitée en tant que regard extérieur par des ccompagnies de cirque, en France et à l’étranger (Da/Fort Cie Circ’Ombelico - Belgique, Moulin Cabot Cie 2 rien merci – France, Théâtre de l’Articule - Pop-Up-Circus – Suisse, Carré Curieux - Belgique).


NOTES

Présentation du projet

L’enveloppe
Pour ce nouveau spectacle, le Cirque Trottola va s’équiper d’un nouveau chapiteau - gradin pour créer un autre espace scénographique. Un plus petit chapiteau, réservé à l’accueil public, avant et après le spectacle, prendra place à ses côtés.

L’espace
Une piste circulaire de 7 m de diamètre, surélevée, recouverte d’un plancher, constituera l’espace invisible des tréfonds d’où s’extirperont ou disparaîtront des personnages et des objets parmi lesquels une cloche d’airain, hissée au sommet de la coupole du chapiteau dans une ascension de l’ombre à la lumière.

L’intention
C’est comment deux silhouettes apparaissent de l’ombre, du noir, du fond. C’est comment on sort du fond, du dessous, de l’ombre à la lumière, à au-dessus. C’est comment ces deux-là ne se comprennent pas mais essaient, creusent, s’interpellent, vont fouiller pour trouver ce qui rassemble, ce qui ressemble, ce qui nous fait nous mettre en rond, ce qui ne sert à rien, mais qui est le plus précieux, ce qui fait vibrer dans son être, ce qui nous rend enfant, sensible, ce qui évoque l’incommensurable.

L’objet
La cloche, de part son poids, de part sa sonorité, de part son mouvement, son attitude, par son histoire, parce qu’elle traverse l’espace, les villes, les vallées, le temps, les hommes, parce qu’elle rassemble, parce qu’elle vient des temps immémoriaux, parce que les enfants l’adore, parce qu’elle parle du rien, du tout, du temps qui passe. La cloche, archaïque, nous fait vibrer. Une cloche va être spécialement créée et fondue pour le spectacle. Nous souhaitons faire appel au savoir-faire d’une des plus anciennes fonderies françaises, la Fonderie Cornille Havard, située à Villedieu-les-Pôeles en Normandie, qui a produit, entre autres, les neuf cloches de Notre-Dame de Paris dans le cadre des 850 ans de la cathédrale en 2013.

La musique
Les compositeurs-musiciens rêvent déjà d’une musique qui serait surprenante, inclassable, perturbante, drôle, envoûtante, puissante. Entre écriture exigeante, jubilation sonique, accidents heureux, cordes qui claquent et sons qui jaillissent. Une musique jouée par deux hommes orchestre étranges jonglant entre violons, guitares, orgues, percussions, voix, instruments nus et trafiqués, jouets, objets du quotidien mais aussi samples et sons, des installations et machines sonores. Des petits moteurs et des choses qui s’agitent dedans. Ça va bouger, les corps, les sons, les instruments, ça va prendre l’espace.

La lumière
Nous souhaitons travailler à partir d’une couleur dominante où son traitement jouera un rôle essentiel pour créer l’univers dans lequel nous souhaitons faire voyager le public entre les ombres, les lueurs des tréfonds et les éclats aveuglants des sommets. Pour atteindre cette ambition, nous pensons faire appel à un directeur de la photo du 7e art.


Projection Cornelius, le meunier hurlant / Yann Le Quellec
DIMANCHE 10 JUIN 18H15 / Cinéma Le Méliès

Le clown Bonaventure Gacon fait ses débuts au cinéma dans une comédie qui est projetée au Méliès lors d’une soirée exceptionnelle. Le film de Yann Le Quellec est une fable sur la singularité, dans laquelle on n’a aucun mal à imaginer Bonaventure en meunier bourru et colossal, tout à la fois tendre et fragile, débarquant dans un petit village tranquille du sud de la France. Le village isolé de Castelmaure voit arriver un étrange inconnu ayant trouvé l’endroit idéal pour construire et faire vivre le moulin de ses rêves. D’abord bien accueilli, le nouveau meunier Cornelius Bloom a malheureusement un défaut : à la moindre contrariété, il se réfugie dans les bois pour hurler à la lune, empêchant les villageois de dormir. Ces derniers n’ont dès lors qu’une idée, l’envoyer à l’asile. Mais Cornelius, soutenu par la séduisante conseillère horticole Carmen Cardamome (Anaïs Demoustier), est bien décidé à se battre pour défendre sa liberté.

En partenariat avec le Cinéma Le Méliès

PARTAGER     

Montage du chapiteau de Matamore au CentQuatre

ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93