Yoann Bourgeois
Celui qui tombe
Cirque MERCREDI 15 & JEUDI 16 AVRIL 20H30 / Zénith de Pau
1h05 / TARIF A

Quand la poésie rencontre l’épure en son point d’équilibre : le circassien Yoann Bourgeois creuse avec une acuité lumineuse la place dérisoire de l’humain dans le jeu des forces physiques qui nous entourent : gravité, force centrifuge... Pour Celui qui tombe, il engage cinq individus sur une plateforme mobile qui s’érige, s’incline, se met en rotation, se dérobe sous leurs pieds et les projette dans une course vertigineuse et accidentée. Ce jeu entre le contrôle et la chute impose une prise de risque, tant physique qu’esthétique. Variant les registres comme les rythmes, la pièce reflète l’humour et la gravité qui caractérisent le travail de Yoann Bourgeois (L’Art de la fugue, Minuit), où l’apesanteur la plus miraculeuse se confronte à la chute brutale des corps. Les interprètes s’agrippent, dérapent, enjambent ceux qui tombent et s’organisent tant bien que mal pour leur survie. Dotés d’une énergie saisissante qui révèle l’animalité des corps, ils s’entraident, se tiennent par la main, s’équilibrent, s’agglutinent, collectifs et solitaires face au vide qui les aspire. Celui qui tombe est un hommage burlesque et tragique à la gravité physique, une farandole magnifique qui illustre la précarité de l’existence.

« J’aime reconstruire des dispositifs physiques permettant d’amplifier un rapport de forces qui contraint l’acteur et se joue de lui. Le sens émerge donc de cette lutte, de ce corps à corps entre le dispositif et l’individu. »
Yoann Bourgeois

Conception, mise en scène et scénographie Yoann Bourgeois / Assistanat artistique durant la création Marie Fonte / Interprètes Julien Cramillet, Kerem Gelebek, Jean-Yves Phuong, Sarah Silverblatt-Buser, Marie Vaudin / Travail vocal Caroline Blanpied, Jean-Baptiste Veyret-Logerias / Lumière Adèle Grépinet / Son Antoine Garry / Costumes Ginette, Sigolène Petey / Réalisation scénographie Nicolas Picot, Pierre Robelin et Cen Constructions / Régie générale David Hanse / Régie plateau Alexis Rostain / Étienne Debraux / Régie lumière Magali Larché, Julien Louisgrand / Régie son Benoît Marchand / CRÉDITS PHOTOS GÉRALDINE ARESTEANU

+ PRODUCTIONS

Production déléguée CCN2 – Centre chorégraphique national de Grenoble – Direction Yoann Bourgeois et Rachid Ouramdane / Coproductions Cie Yoann Bourgeois – MC2 : Grenoble – Biennale de la danse de Lyon – Théâtre de la Ville, Paris – Maison de la Culture de Bourges – L’hippodrome, Scène nationale de Douai – Le Manège de Reims, Scène Nationale – Le Parvis scène nationale de Tarbes Pyrénées – Théâtre du Vellein – La Brèche, Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie / Cherbourg-Octeville et Théâtre National de Bretagne – Rennes / Résidences de création MC2 : Grenoble – La brèche, Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie / Cherbourg- Octeville / Maîtrise d’oeuvre et construction Ateliers de la Maison de la Culture de Bourges, Cénic Constructions, C3 Sud Est / Avec le soutien de l’ADAMI et de la SPEDIDAM et de Petzl. La SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes-interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées / Avec l’aide à la création de la DGCA. / Yoann Bourgeois bénéficie du soutien de la Fondation BNP Paribas pour le développement de ses projets / Le CCN2 est financé par la Drac Auvergne-Rhône-Alpes/ Ministère de la Culture et de la Communication, Grenoble-Alpes Métropole, le Département de l’Isère, la Région Auvergne- Rhône-Alpes et soutenu par l’Institut français pour les tournées internationales.

Quand la poésie rencontre l’épure en son point d’équilibre : le circassien Yoann Bourgeois creuse avec une acuité lumineuse la place dérisoire de l’humain dans le jeu des forces physiques qui nous entourent : gravité, force centrifuge... Pour Celui qui tombe, il engage cinq individus sur une plateforme mobile qui s’érige, s’incline, se met en rotation, se dérobe sous leurs pieds et les projette dans une course vertigineuse et accidentée. Ce jeu entre le contrôle et la chute impose une prise de risque, tant physique qu’esthétique. Variant les registres comme les rythmes, la pièce reflète l’humour et la gravité qui caractérisent le travail de Yoann Bourgeois (L’Art de la fugue, Minuit), où l’apesanteur la plus miraculeuse se confronte à la chute brutale des corps. Les interprètes s’agrippent, dérapent, enjambent ceux qui tombent et s’organisent tant bien que mal pour leur survie. Dotés d’une énergie saisissante qui révèle l’animalité des corps, ils s’entraident, se tiennent par la main, s’équilibrent, s’agglutinent, collectifs et solitaires face au vide qui les aspire. Celui qui tombe est un hommage burlesque et tragique à la gravité physique, une farandole magnifique qui illustre la précarité de l’existence.

« J’aime reconstruire des dispositifs physiques permettant d’amplifier un rapport de forces qui contraint l’acteur et se joue de lui. Le sens émerge donc de cette lutte, de ce corps à corps entre le dispositif et l’individu. »
Yoann Bourgeois

DISTRIBUTION

Conception, mise en scène et scénographie Yoann Bourgeois / Assistanat artistique durant la création Marie Fonte / Interprètes Julien Cramillet, Kerem Gelebek, Jean-Yves Phuong, Sarah Silverblatt-Buser, Marie Vaudin / Travail vocal Caroline Blanpied, Jean-Baptiste Veyret-Logerias / Lumière Adèle Grépinet / Son Antoine Garry / Costumes Ginette, Sigolène Petey / Réalisation scénographie Nicolas Picot, Pierre Robelin et Cen Constructions / Régie générale David Hanse / Régie plateau Alexis Rostain / Étienne Debraux / Régie lumière Magali Larché, Julien Louisgrand / Régie son Benoît Marchand / CRÉDITS PHOTOS GÉRALDINE ARESTEANU

PARTAGER     
ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93