ERNA ÓMARSDÓTTIR & JÓHAN JÓHANNSSON (Islande)
THE MYSTERIES OF LOVE

MERCREDI 25 AVRIL

Danse MERCREDI 25 AVRIL | 21H

Festival Plurielles
Dans The Mysteries of love, Erna Ómarsdóttir et Jóhan Jóhannsson abordent l’adolescence, son mélange d’innocence et de cruauté, sa somme d’émotions contradictoires, puisant dans un ensemble d’images, de textes, de films, liés à la transformation du corps et de la personnalité.

Festival Plurielles

Dans The Mysteries of love, Erna Ómarsdóttir et Jóhan Jóhannsson abordent l’adolescence, son mélange d’innocence et de cruauté, sa somme d’émotions contradictoires, puisant dans un ensemble d’images, de textes, de films, liés à la transformation du corps et de la personnalité.

La pièce s’ouvre sur une vieille comptine islandaise chantée par deux jeunes femmes, l’une brune, l’autre blonde, se tenant par la main comme deux fillettes sans âge dans des robes couleur de friandise. Métamorphose des corps et des voix, les deux interprètes se lancent dans un cheminement chaotique, entre ronde enfantine et train fantôme. Les corps se nouent, se désarticulent, se caressent ou s’étreignent avec une tendresse carnivore. On passe alternativement de la cour de récréation au film d’horreur, par une rupture marquée ou un subtil glissement façon David Lynch. Tantôt poupées mécaniques fragiles, tantôt provocantes ou perverses, les danseuses creusent les possibles de l’être et ses contradictions. Petite fille à la voix rauque tel un chanteur de hard rock, chants de sirènes perdus dans les brumes du Nord, crise de sanglots emportée par un rire hystérique, gémissements et respirations accélérées, les interprètes jouent de leurs voix pleines de musicalité, parfois simples sources de motifs ou de textures sonores. Performance physique et artistique, entre le concert de musique et la représentation chorégraphique, la pièce est structurée comme un ensemble de « chansons », de courts morceaux qui s’enchaînent, mêlant de manière inattendue la musique, les gestes, le chant et les mots.

Erna Ómarsdóttir et Jóhan Jóhannsson ont été accueillis dans le cadre du festival Plurielles en 2004 avec IBM - 1401, a user’s manual.


Coproduction Festival d’Avignon 2005, CCN de Franche-Comté à Belfort (« l’accueil-studio »/Ministère de la Culture et de la Communication), Théâtre Lantaren/Venster (Rotterdam), Emilia Romagna Teatro Fondazione - Modena. Résidence de création la Ferme du Buisson - SN de Marne la Vallée.
Remerciements à Haraldur Jónsson.

Théâtre Saragosse
Durée 1H00

Création et interprétation Margret Sara Gudjónsdóttir, Jóhan Jóhannsson, Erna Ómarsdóttir, Flosi Thorgeirsson et Valdimar Jóhannsson Assistante à la dramaturgie Karen Maria Jónsdóttir Lumières Sylvain Rausa Son Ivar Ragnarsson Production et diffusion Esther Welger-Barboza

Festival Plurielles

Dans The Mysteries of love, Erna Ómarsdóttir et Jóhan Jóhannsson abordent l’adolescence, son mélange d’innocence et de cruauté, sa somme d’émotions contradictoires, puisant dans un ensemble d’images, de textes, de films, liés à la transformation du corps et de la personnalité.

La pièce s’ouvre sur une vieille comptine islandaise chantée par deux jeunes femmes, l’une brune, l’autre blonde, se tenant par la main comme deux fillettes sans âge dans des robes couleur de friandise. Métamorphose des corps et des voix, les deux interprètes se lancent dans un cheminement chaotique, entre ronde enfantine et train fantôme. Les corps se nouent, se désarticulent, se caressent ou s’étreignent avec une tendresse carnivore. On passe alternativement de la cour de récréation au film d’horreur, par une rupture marquée ou un subtil glissement façon David Lynch. Tantôt poupées mécaniques fragiles, tantôt provocantes ou perverses, les danseuses creusent les possibles de l’être et ses contradictions. Petite fille à la voix rauque tel un chanteur de hard rock, chants de sirènes perdus dans les brumes du Nord, crise de sanglots emportée par un rire hystérique, gémissements et respirations accélérées, les interprètes jouent de leurs voix pleines de musicalité, parfois simples sources de motifs ou de textures sonores. Performance physique et artistique, entre le concert de musique et la représentation chorégraphique, la pièce est structurée comme un ensemble de « chansons », de courts morceaux qui s’enchaînent, mêlant de manière inattendue la musique, les gestes, le chant et les mots.

Erna Ómarsdóttir et Jóhan Jóhannsson ont été accueillis dans le cadre du festival Plurielles en 2004 avec IBM - 1401, a user’s manual.


Coproduction Festival d’Avignon 2005, CCN de Franche-Comté à Belfort (« l’accueil-studio »/Ministère de la Culture et de la Communication), Théâtre Lantaren/Venster (Rotterdam), Emilia Romagna Teatro Fondazione - Modena. Résidence de création la Ferme du Buisson - SN de Marne la Vallée.
Remerciements à Haraldur Jónsson.

DISTRIBUTION

PARTAGER     
ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93