CIE CHATHA
ZENZENA + KHALLINI AÏCH + KHADDEM HAZEM

SAM 05 AVR 20H30

Danse SAMEDI 05 AVRIL -> 20H30

Festival Plurielles
Aicha M’Barek et Hafiz Dhaou font partie du paysage chorégraphique contemporain tunisien. La 15e édition du festival Plurielles est l’occasion d’un parcours pour découvrir leur oeuvre chorégraphique.

Festival Plurielles

Aicha M’Barek et Hafiz Dhaou font partie du paysage chorégraphique contemporain tunisien. Formés chez Syhem Belkhodja au Sybel Ballet Théâtre, puis au CNDC d’Angers et au CCN de Montpellier auprès de Mathilde Monnier, ils sont aussi les interprètes des chorégraphes Héla Fattoumi et Éric Lamoureux, Sophie Tabakov et Laurent Soubise... Ils développent parallèlement leur propre écriture chorégraphique. La 15e édition du festival Plurielles est l’occasion d’un parcours pour découvrir leur oeuvre chorégraphique. Hafiz Dhaou crée Zenzena (« cellule ») après une blessure au genou, contrainte physique qui devient le moteur même de ce solo. La pièce est une réflexion sur l’enfermement voulu ou subi. Elle se situe dans un entre-deux, entre France et Maghreb, un croisement entre hip hop, danse contemporaine et tradition populaire tunisienne. Khallini Aïch (« Laissez-moi vivre ») est un cri d’amour poussé dans un moment de désespoir pour libérer le corps de la cellule où il est enfermé. Aïcha M’Barek et Hafiz Daou s’inspirent, enfin, pour Khaddem Hazem des hommes et des femmes « prêts à tout faire », dont l’avenir s’invente au jour le jour, au gré de petits boulots. « Khaddem Hazem » est l’expression dévalorisante pour désigner ceux qui essaient de survivre dans leur ville de Tunis.

Aïcha M’Barek et Hafiz Daou ont composé une belle pièce qui observe l’espace, se suspend, se rattrape, dans une inquiétude du geste, une difficulté à se stabiliser, qui marquent aujourd’hui tant de jeunes artistes (...) Un grand souffle sincère emporte Khaddem Hazem, à l’image des centaines de tissus colorés qui la traversent. GÉRARD MAYEN, DANSER, NOVEMBRE 2006


Production Cie Chatha / Coproduction Biennale de la Danse Lyon, Bonlieu-SN, CCN de Caen - Basse-Normandie, CCN de Créteil et Val de Marne, Institut Français de Coopération de Tunis et The Young Arab Théâtre / Soutien des Rencontres Chorégraphiques de Carthage, Danse à Lille et l’Association Friends / La compagnie Chatha est subventionnée par le DRAC Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes.

Théâtre Saragosse
Durée 2H30

ZENZENA Chorégraphe et interprète Hafiz Dhaou KHALLINI AÏCH Chorégraphes et interprètes Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou KHADDEM HAZEM Chorégraphes Aïcha M’Barek, Hafiz Dhaou / Danseurs Johanna Mandonnet, Aïcha M’Barek, Rolando Rocha, Hafiz Dhaou / Création lumière Nicolas Diaz / Création son Eric Aldea, Ivan Chiossone / Régie son Christophe Zurflure / Diffusion Florence Kremper / Création Biennale de la danse/Lyon, septembre 2006

Festival Plurielles

Aicha M’Barek et Hafiz Dhaou font partie du paysage chorégraphique contemporain tunisien. Formés chez Syhem Belkhodja au Sybel Ballet Théâtre, puis au CNDC d’Angers et au CCN de Montpellier auprès de Mathilde Monnier, ils sont aussi les interprètes des chorégraphes Héla Fattoumi et Éric Lamoureux, Sophie Tabakov et Laurent Soubise... Ils développent parallèlement leur propre écriture chorégraphique. La 15e édition du festival Plurielles est l’occasion d’un parcours pour découvrir leur oeuvre chorégraphique. Hafiz Dhaou crée Zenzena (« cellule ») après une blessure au genou, contrainte physique qui devient le moteur même de ce solo. La pièce est une réflexion sur l’enfermement voulu ou subi. Elle se situe dans un entre-deux, entre France et Maghreb, un croisement entre hip hop, danse contemporaine et tradition populaire tunisienne. Khallini Aïch (« Laissez-moi vivre ») est un cri d’amour poussé dans un moment de désespoir pour libérer le corps de la cellule où il est enfermé. Aïcha M’Barek et Hafiz Daou s’inspirent, enfin, pour Khaddem Hazem des hommes et des femmes « prêts à tout faire », dont l’avenir s’invente au jour le jour, au gré de petits boulots. « Khaddem Hazem » est l’expression dévalorisante pour désigner ceux qui essaient de survivre dans leur ville de Tunis.

Aïcha M’Barek et Hafiz Daou ont composé une belle pièce qui observe l’espace, se suspend, se rattrape, dans une inquiétude du geste, une difficulté à se stabiliser, qui marquent aujourd’hui tant de jeunes artistes (...) Un grand souffle sincère emporte Khaddem Hazem, à l’image des centaines de tissus colorés qui la traversent. GÉRARD MAYEN, DANSER, NOVEMBRE 2006


Production Cie Chatha / Coproduction Biennale de la Danse Lyon, Bonlieu-SN, CCN de Caen - Basse-Normandie, CCN de Créteil et Val de Marne, Institut Français de Coopération de Tunis et The Young Arab Théâtre / Soutien des Rencontres Chorégraphiques de Carthage, Danse à Lille et l’Association Friends / La compagnie Chatha est subventionnée par le DRAC Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes.

DISTRIBUTION

PARTAGER     
ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93