Céline Lapeyre / collectif petit travers
Ukiyo-e

MER 7 JAN 20H30

Danse-Trapèze mercredi 07 janvier -> 20h30

Création
Céline Lapeyre, danseuse et trapéziste, membre du collectif Petit travers (Le parti pris des choses en 2006), s’est formée à Montpellier puis à l’Ecole de cirque du Lido à Toulouse. Au terme d’une résidence de création menée au Théâtre Saragosse, elle présente un solo de danse-trapèze, Ukiyo-e, « image du monde flottant », paraphrase japonaise du mot estampe.

Création
Céline Lapeyre, danseuse et trapéziste, membre du collectif Petit travers (Le parti pris des choses en 2006), s’est formée à Montpellier puis à l’Ecole de cirque du Lido à Toulouse. Au terme d’une résidence de création menée au Théâtre Saragosse, elle présente un solo de danse-trapèze, Ukiyo-e, « image du monde flottant », paraphrase japonaise du mot estampe. Sur le plateau, un corps marche, pose un rythme, une vitesse, développe un thème, fait apparaître des motifs, créant incidemment chez le spectateur des attentes qui transforment tout nouvel élément en surprise et en événement. Céline Lapeyre propose une succession de séquences contrastées. Bestiaire postural empruntant au yoga, à la danse traditionnelle japonaise, aux oeuvres picturales de Bosch, Bacon et Picasso, Ukiyo-e est une pièce étrange, originale et sincère qui décline une série de tableaux mouvants comme autant de métamorphoses fantaisistes. La chorégraphe esquisse des images flottantes, suspendues, étirées, dans une écriture très charnelle. Elle met en scène un corps sans poids, mobile et irréel, entraîné dans une marche glissée invraisemblable dont le rythme s’accélère, défiant les lois de la physique. La danseuse s’amuse à confronter un corps aux formes multiples à des environnement-obstacles : au sol, une surface glissante, en l’air, un trapèze sur élastiques, remettent en question la stabilité du sol et modifient chez le spectateur la perception du poids, des textures, de la densité des objets et de l’air. Dans cette première pièce solo, Céline Lapeyre développe une danse puissante, ludique et surprenante.

Théâtre Saragosse
Durée NC

Chorégraphie et interprétation Céline Lapeyre / Régie Martin Barré / Technique François Derobert / Création lumières Arno Veryat / Coproduction Action culturelle du Val de Lorraine / Théâtre Gérard Philippe, scène conventionnée de Frouard / Les Subsistances, Lyon / le Collectif Petit Travers.
Avec le soutien d’Espaces Pluriels - scène conventionnée Pau-Béarn, de la scène nationale d’Albi, de la Mission départementale de la Culture de l’Aveyron / Avec le partenariat du Studio de Faragous (lieu de création), Circuits - scène conventionnée de Auch, l’Arche - scène conventionnée de Bethoncourt, le Pas Perdu à Albi.

Création
Céline Lapeyre, danseuse et trapéziste, membre du collectif Petit travers (Le parti pris des choses en 2006), s’est formée à Montpellier puis à l’Ecole de cirque du Lido à Toulouse. Au terme d’une résidence de création menée au Théâtre Saragosse, elle présente un solo de danse-trapèze, Ukiyo-e, « image du monde flottant », paraphrase japonaise du mot estampe. Sur le plateau, un corps marche, pose un rythme, une vitesse, développe un thème, fait apparaître des motifs, créant incidemment chez le spectateur des attentes qui transforment tout nouvel élément en surprise et en événement. Céline Lapeyre propose une succession de séquences contrastées. Bestiaire postural empruntant au yoga, à la danse traditionnelle japonaise, aux oeuvres picturales de Bosch, Bacon et Picasso, Ukiyo-e est une pièce étrange, originale et sincère qui décline une série de tableaux mouvants comme autant de métamorphoses fantaisistes. La chorégraphe esquisse des images flottantes, suspendues, étirées, dans une écriture très charnelle. Elle met en scène un corps sans poids, mobile et irréel, entraîné dans une marche glissée invraisemblable dont le rythme s’accélère, défiant les lois de la physique. La danseuse s’amuse à confronter un corps aux formes multiples à des environnement-obstacles : au sol, une surface glissante, en l’air, un trapèze sur élastiques, remettent en question la stabilité du sol et modifient chez le spectateur la perception du poids, des textures, de la densité des objets et de l’air. Dans cette première pièce solo, Céline Lapeyre développe une danse puissante, ludique et surprenante.

DISTRIBUTION

PARTAGER     
ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93