Anthony Egéa / Cie Rêvolution
Urban ballet

Clôture de saison
mar 19 mai 20h30

Danse mardi 19 mai -> 20H30

Clôture de saison

En collaboration avec la MJC des Fleurs
Anthony Egéa développe, depuis la création de la compagnie Rêvolution en 1991, une gestuelle hybride à la croisée du ballet classique et du hip hop, mélange inattendu qui fusionne avec bonheur la pureté des lignes, l’amplitude du mouvement et la virtuosité.

Clôture de saison

En collaboration avec la MJC des Fleurs
Anthony Egéa développe, depuis la création de la compagnie Rêvolution en 1991, une gestuelle hybride à la croisée du ballet classique et du hip hop, mélange inattendu qui fusionne avec bonheur la pureté des lignes, l’amplitude du mouvement et la virtuosité. La pièce Urban ballet, dansée par une troupe de dix jeunes interprètes, décline quatre incarnations possibles du corps. Corps sensuel défilant au ralenti sur le Stabat mater de Vivaldi, corps sculptural et collectif rythmé par le Boléro de Ravel, corps-insecte baigné par les sonorités envoûtantes de Yannis Xenakis, libération progressive des corps qui glissent de l’urbain vers l’aérien sur une composition orchestrale de Franck II Louise. La quatrième partie, plus franchement urbaine, permet à chaque danseur d’affirmer sa personnalité et de démontrer ses capacités techniques dans un enchaînement de prouesses, d’équilibres, de portés spectaculaires. Solo, trio, ballets en synchronie parfaite ou décomposés en sous-ensembles qui se répondent, Anthony Egéa travaille la chorégraphie comme un plasticien, modelant les postures et les matières, distribuant l’espace en perspectives dynamiques ou en blocs compacts pour faire émerger un danseur isolé ou un couple qui se rencontre. En première partie, le plateau du Zénith accueille la dernière création de la troupe N’Fluence de la M JC des Fleurs, qui travaille depuis quinze ans au développement de la danse hip hop sur Pau et programme le Festival Urban Session.
Anthony Egéa confronte la virtuosité à l’infime, le démonstratif à l’expressif dans une forme élégante et épurée à l’écart des conventions et des attendus.


Production Virginie Petit, Améla Alihodzic / Création 2008 / Soutien de la DRAC Aquitaine, du CR Aquitaine, du CG de la Gironde et de la ville de Bordeaux / Coproductions Théâtre Olympia - SC d’Arcachon ; Dieppe Scène Nationale ; CND Pantin ; Théâtre Jean Vilar, Suresnes ; la Caisse des Dépôts et Consignations ; le Théâtre de Corbeil Essonnes ; l’OARA ; le CN - Ballet de Biarritz ; la SN Bayonne - Sud-Aquitain ; le Théâtre Le Parnasse, Mimizan ; l’Opéra national de Bordeaux ; L’Odyssée - SC de Périgueux / Avec le soutien de la Fondation Beaumarchais (aide à l’écriture) ; du Théâtre de Bressuire ; du Casino de Bordeaux ; du Cuvier, Artigues près Bordeaux ; du Printemps de la danse ; Mad Production, Angoulême ; du Glob Théâtre, Bordeaux ; TNT , Bordeaux ; TnBA , Bordeaux ; Cefedem, Bordeaux.

Zénith de Pau
Durée totale 1h30

Direction artistique et chorégraphique Anthony Égéa / Lumière et scénographie Florent Blanchon / Maître de Ballet Martial Bockstaele / Assistante chorégraphique Célia Thomas / Costumes Françoise Castaing / Régie son Jules Berbessou / Régie plateau Julien Compagnon / Régie lumière Yvan Labasse

Clôture de saison

En collaboration avec la MJC des Fleurs
Anthony Egéa développe, depuis la création de la compagnie Rêvolution en 1991, une gestuelle hybride à la croisée du ballet classique et du hip hop, mélange inattendu qui fusionne avec bonheur la pureté des lignes, l’amplitude du mouvement et la virtuosité. La pièce Urban ballet, dansée par une troupe de dix jeunes interprètes, décline quatre incarnations possibles du corps. Corps sensuel défilant au ralenti sur le Stabat mater de Vivaldi, corps sculptural et collectif rythmé par le Boléro de Ravel, corps-insecte baigné par les sonorités envoûtantes de Yannis Xenakis, libération progressive des corps qui glissent de l’urbain vers l’aérien sur une composition orchestrale de Franck II Louise. La quatrième partie, plus franchement urbaine, permet à chaque danseur d’affirmer sa personnalité et de démontrer ses capacités techniques dans un enchaînement de prouesses, d’équilibres, de portés spectaculaires. Solo, trio, ballets en synchronie parfaite ou décomposés en sous-ensembles qui se répondent, Anthony Egéa travaille la chorégraphie comme un plasticien, modelant les postures et les matières, distribuant l’espace en perspectives dynamiques ou en blocs compacts pour faire émerger un danseur isolé ou un couple qui se rencontre. En première partie, le plateau du Zénith accueille la dernière création de la troupe N’Fluence de la M JC des Fleurs, qui travaille depuis quinze ans au développement de la danse hip hop sur Pau et programme le Festival Urban Session.
Anthony Egéa confronte la virtuosité à l’infime, le démonstratif à l’expressif dans une forme élégante et épurée à l’écart des conventions et des attendus.


Production Virginie Petit, Améla Alihodzic / Création 2008 / Soutien de la DRAC Aquitaine, du CR Aquitaine, du CG de la Gironde et de la ville de Bordeaux / Coproductions Théâtre Olympia - SC d’Arcachon ; Dieppe Scène Nationale ; CND Pantin ; Théâtre Jean Vilar, Suresnes ; la Caisse des Dépôts et Consignations ; le Théâtre de Corbeil Essonnes ; l’OARA ; le CN - Ballet de Biarritz ; la SN Bayonne - Sud-Aquitain ; le Théâtre Le Parnasse, Mimizan ; l’Opéra national de Bordeaux ; L’Odyssée - SC de Périgueux / Avec le soutien de la Fondation Beaumarchais (aide à l’écriture) ; du Théâtre de Bressuire ; du Casino de Bordeaux ; du Cuvier, Artigues près Bordeaux ; du Printemps de la danse ; Mad Production, Angoulême ; du Glob Théâtre, Bordeaux ; TNT , Bordeaux ; TnBA , Bordeaux ; Cefedem, Bordeaux.

DISTRIBUTION

PARTAGER     
ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93