Les danses singulières

Chorégraphie : Gérard Gourdot

« Parvenu à un certain âge, l’on s’aperçoit que les sentiments qui vous apparaissaient comme l’effet d’un affranchissement absolu, dépassant la naïve révolte : la volonté de savoir jouer tous les rôles, et une préférence pour les rôles les plus communs parce qu’ils vous cachent mieux, rejoignent dangereusement ceux auxquels leur veulerie ou leur bassesse amènent vers la trentaine tous les bourgeois. C’est alors de nouveau la révolte la plus naïve qui est méritoire. » FRANCIS PONGE, LE PARTI PRIS DES CHOSES

La création artistique trouverait-elle son lieu de prédilection entre une cuisine encombrée de vaisselle et un bureau englouti par les livres et les manuscrits d’un petit appartement du 11e arrondissement ? S’il en était ainsi, cela signifierait que la création artistique est en quête permanente d’un lieu d’expression, aujourd’hui le Théâtre Saragosse, mais hier, aujourd’hui et demain, en prise directe avec le quotidien.

Gérard Gourdot aime l’art au plus près de la vie et vomit la création aseptisée, « l’autisme des créateurs à s’enfermer sur leurs créations », dit-il. De son expérience humaine, il extrait ces Danses Singulières que finalement il tient de ses amis, proches ou passagers, mais toujours présents dans un projet jamais clos. Ses amis, nous les retrouvons sur les images-vidéo, parce qu’il faut qu’en tous temps et tous lieux, l’art soit d’abord un rendez-vous. Une transmission : de l’intime au quotidien, et du quotidien au spectaculaire.
Seule cette filiation peut changer « les formes du moment, cet art de capter ce qui peut apparaître comme fortuit ». L’attention à la vie est l’exigence première qu’il se donne, en homme à la fois rigoureux dans son travail artistique, et chaleureusement présent à ses hôtes lorsqu’il les défie sur d’impossibles paris, au coin d’une table, autour d’un verre de vin...
Du texte antique au texte du rappeur, il transmet la même énergie humaine : la parole. Pour ne jamais asservir les gens à une forme particulière, il utilise l’image, le texte, la danse et la vidéo, sans aucune prétention ni revendication esthétique.
Et c’est avec tendresse respectueuse, dans un rapport au jeu, qu’il lit et danse les textes pour tous ceux qui n’ont plus le temps de lire ou qui, tout simplement, n’ont plus le goût du livre.
De sa cuisine parisienne à la scène du Théâtre Saragosse, Il construit une forme ouverte d’intervention, une création, dans la continuité de l’esprit et du corps, et revendique « la danse, vécue comme un acte politique, sans en faire de discours, pour que le spectateur prenne plaisir à voir et à entendre, sans avoir à lui donner des leçons. »
Jolie rencontre entre le livre et la danse, à un moment où cet homme de 41 ans a envie d’écrire parce qu’il veut continuer à danser... Son livre s’écrira dans vingt ans. Il nous fait un clin d’œil et nous fixe le rendez-vous.

Michel Vincenot - Mars 1994
ESPACES PLURIELS
SCÈNE CONVENTIONNÉE
DANSE / PAU
T 05 59 84 11 93